Delphine Ernotte : la première femme présidente de France Télévisions

Elle a choisi de venir à Bordeaux pour Sociétales : parole aux femmes le 9 mars prochain car la discrimination est un sujet qui la touche vraiment. Elle a d’ailleurs beaucoup œuvré pour les femmes dans l’entreprise chez Orange en créant un réseau interne INNOV’Elles et a dénoncé le « sexisme ordinaire » auquel elle a parfois été confrontée. Malgré un emploi du temps tendu, à la tête d’une entreprise de 10 000 salariés, elle donne de son énergie avec sincérité pour ce qui lui parait être une juste cause. Femme de pouvoir à l’habilité très politique, elle portera bientôt une chaine d’information publique et certainement un nouveau réseau féminin !

Bordeaux Féminin : Première Présidente à la tête de France Télévisions, c’est ce que vous imaginez en sortant de centrale Paris ?

Delphine Ernotte : Le goût des défis a toujours été un moteur. J’aime travailler. J’avais plusieurs passions, le théâtre notamment mais il fallait gagner sa vie. C’est un principe de réalité. Nous n’avions pas droit à l’échec. J’ai choisi l’entreprise et j’y ai pris beaucoup de plaisir. Etre nommée à la Présidence de France Télévisions a été presque de l’ordre de la transgression. Parce que je suis une femme et parce qu’on ne m’attendait pas.

Bordeaux Féminin : Vous êtes une femme de réseaux et plus particulièrement de réseaux féminins, une militante de l’égalité professionnelle ?

Delphine Ernotte : J’ai fortement ressenti la discrimination plus jeune. Cela me révoltait. Je voulais un autre monde. Je me suis engagée avec la volonté que les femmes puissent avoir la même carrière que les hommes dans l’entreprise. La plupart du temps, les femmes ont 100% des compétences mais elles se demandent toujours si elles sont capables. Le fait de nous réunir, de parler de nos différences et de nos aspirations nous permet de proposer des modèles innovants et rassembleurs. Les réseaux féminins ouvrent le dialogue, aide à évoluer dans une ambiance paisible et sereine. Pour réussir, il faut être soutenu par la direction. Chez Orange nous avons beaucoup progressé grâce à plusieurs présidents très impliqués, Thierry Breton, Stéphane Richard. Dans notre réseau « Innov’elles », il y avait 20% d’hommes très motivés. Les femmes et les hommes peuvent gagner ensemble. J’ai rencontré l’association « Mercredi c’est papa » qui réunit des hommes partisans d’un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Une réflexion dans ce sens est en marche à France Télévisions pour structurer des réseaux de femmes et d’hommes.

Bordeaux Féminin  Vous travaillez sur un projet de chaîne d’informations pour septembre prochain ?

Delphine Ernotte : C’est un projet qui vise ceux qui ont déserté l’information en général et les chaines de France Télévisions en particulier. Nous voulons nous éloigner de l’information brûlante en proposant des formats adaptés aux nouveaux supports numériques : mobiles, tablettes, smartphones. C’est un engagement fort de l’audiovisuel public français.