Brigitte Jullien, professionnelle et juste

Après de longues années passées dans la police parisienne, elle a été une des premières femmes à occuper le poste de directrice départementale de la sécurité publique à Pau puis aujourd’hui à Bordeaux. Une grosse responsabilité, notamment managériale puisqu’il s’agit d’encadrer quelques 1780 fonctionnaires de police qui assurent la sécurité de plus 630 000 habitants.

brigitte_jullien

«Après la région parisienne, l’agglomération bordelaise apparaît relativement calme même s’il y a des problèmes de délinquance liés aux abus d’alcool le week-end. Mais je n’ai pas le
sentiment de remplir un puits sans fond en matière de délinquance. Les conditions de travail sont meilleures, les équipes soucieuses du bien public. » explique-t-elle. Attirée depuis toujours par les métiers de loi, elle l’était aussi par les métiers dits «masculins ». Aujourd’hui, son regard sur sa carrière a quelque peu changé. Ce qui compte, assure-t-elle, c’est d’être avant tout professionnelle et juste. Et pour l’être, il faut une sacrée dose d’équilibre qu’elle acquiert par le sport. Comme pour le reste, ce diagnostic est suivi d’effet : elle n’est rien moins que la présidente de la Fédération sportive de la police nationale et vice-présidente de l’Union sportive des polices d’Europe. « Pour gérer le stress et la frustration que produit la confrontation avec des situations difficiles, le sport ou plutôt les activités physiques et l’entretien doivent être des règles de vie impératives pour les policiers » conclut Brigitte Jullien.