Laetitia César-Franquet, la sociologie au féminin

Chercheuse, formatrice mais aussi conseillère au CESER , Laetitia César-Franquet a choisi la voie de la sociologie pour éveiller les consciences.

laetitia_cesar

Avec son teint cuivré, ses yeux pétillants, et son ample chevelure, Laetitia a quelque chose de solaire, une énergie joyeuse qu’on a du mal à faire cadrer avec l’image d’une chercheuse en sociologie spécialiste des violences de genres. À 32 ans, la jeune femme connaît pourtant sur le bout des doigts le sujet des violences faites aux femmes dont elle a fait une thèse, comparant notamment les situations française et espagnole, et plus spécifiquement en Catalogne et en Aquitaine. 520 pages et deux enfants plus tard, la jeune chercheuse est repérée pour intégrer en tant que personnalité qualifiée le prestigieux CESER – Conseil Economique, Social et environnemental régional. « J’avais 29 ans et j’étais une femme » sourit Laetitia, pas vraiment dupe des deux atouts qu’elle possède au moment où l’institution souhaite justement être plus en phase avec la société civile. « Au CESER, on ne compte que 23% de femmes, la plupart des participants ont plus de 50 ans. J’essaie de faire valoir les questions des droits des femmes et des jeunes. Je suis une jeune femme mais je suis aussi une jeune mère. Cela soulève des questions que les conseillers en place ne se posent pas toujours ».

Avec Laetitia, tout semble possible tant elle semble avoir une volonté de fer « je fais les choses à fond et bien ou je ne les fais pas ! » lance-t-elle. Quand on lui demande d’où vient son énergie et son intérêt pour des sujets comme les violences faites aux femmes ou le harcèlement dans les transports, Laetitia se fait plus grave. Elle évoque son mentor aujourd’hui décédé, Bernard Goudet « avec lui j’ai pris conscience de l’utilité de la sociologie » et puis aussi une blessure plus personnelle évoquant sa mère et sa petite soeur toutes deux handicapées mentales : « La société n’en parle pas, on a peur. C’est pour cela que j’ai choisi de faire de la sociologie. Pour éveiller les consciences ». Un leitmotiv que Laetitia décline à travers les travaux de recherche qu’elle poursuit, les formations qu’elle anime et dans les conseils au CESER.