Léa Thomassin, cofondatrice d’Hello Asso

Léa Thomassin a choisi Bordeaux pour installer Hello Asso, une plateforme de crowdfunding dédiée exclusivement aux associations qu’elle a cofondée avec Ismaël Le Mouël.

lea_thomassin

« Dans l’équipe nous avions des attaches dans le grand sud-ouest, Bordeaux nous tentait. Nous avons analysé l’écosystème local : il y avait ici une vraie volonté de soutenir entrepreneuriat social, Darwin était en train d’émerger et il y avait des projets numériques intéressants. Nous avons quitté Paris sans hésiter et avons été encore plus positivement surpris ! ». Idéal donc pour une jeune structure (créée en 2010, Léa a alors 23 ans !) qui entend s’appuyer sur le potentiel des outils digitaux pour aider les associations à gagner en visibilité et en ressources financières. « Nous nous sommes inspirés des financements participatifs et du crowdfunding en l’adaptant aux associations. Le service que nous leur proposons est gratuit, nous ne prenons aucune commission. Les donateurs peuvent s’ils le souhaitent laisser un pourboire à notre plateforme ».

Résultat ? 65% d’entre eux apportent volontairement leur libre contribution. En 2015, 12 500 associations ont ainsi utilisé Hello Asso pour un montant récolté proche des 18 millions d’euros, mais Léa voit beaucoup plus grand : « nous visons 50 000 utilisateurs pour fin 2016 ». Autant dire que Léa ne s’ennuie pas « nous avons beaucoup d’enjeux de croissance dans les trois années qui viennent. Il faut se bouger les bras ! ». Mais quand il lui reste un peu de temps entre le travail à Bordeaux et ses allers-retours à Paris, elle aime manger des fruits de mer le dimanche sur le marché des Chartrons, s’est mise au surf et au théâtre amateur.

La coupe est pleine ? Pas tout à fait ! Depuis quelques mois, elle est aussi secrétaire générale d’une toute nouvelle association – la Fondation des femmes – qui vise à collecter des fonds et à les redistribuer à des projets et actions en faveur des droits des femmes, de la lutte contre les violences et de la sensibilisation à l’égalité. « mais ça c’est mon activité du dimanche ! » lance Léa dans un éclat de rire.