#JNDA2017 : L’influence, un défi au féminin (extraits)

Retour sur la table ronde avec :
Isabelle Berrier, Fondatrice & Présidente de Welcoming Diasporas
Joëlle Dubois, blogueuse (lecoindejoelle.com)
Karelle Vignon-Vullierme, journaliste, blogueuse culinaire (lesgourmandisesdekarelle.com)

Paroles de Karelle Vignon-Vullierme
On ne peut se revendiquer « africain » sans avoir vécu sur le continent, d’où mon installation au Sénégal, où j’ai fondé mon entreprise culinaire digitale – qui reçoit aujourd’hui 100 000 visites par mois.
– Je crois au pouvoir du visuel dans le phénomène de partage (mes recettes, internationales et africaines, sont photographiées étapes par étapes ou filmées), d’où ma préférence pour SnapChat et Instagram.

Paroles de Joëlle Dubois
– Aux premières heures des blogs, internet m’a permis de m’évader de ma vie de femme active et de mère – une forme d’émancipation.
– Tout le monde peut s’emparer de ce média, et le « personnifier » : j’ai choisi d’y parler cuisine, ma passion, avec sa particularité, le métissage.
– J’ai été un temps « influenceuse » pour des marques, mais j’y perdais ma liberté. Alors je suis revenue à mon blog et à mes racines camerounaises via la cuisine africaine, dont je m’applique à transmettre les savoirs et les traditions.

Paroles d’Isabelle Berrier
– Mon expérience à Soweto (Afrique du Sud), à 22 ans, dans un contexte d’apartheid, m’a beaucoup marquée. Spécialisée dans l’entreprenariat au féminin, je lance une plateforme collaborative, Welcoming diasporas.
– Dans les diasporas africaines, anglophones notamment, il existe un véritable élan entrepreneurial qui ne dépend pas d’une « nécessité », mais d’un vrai ressort créatif : il faut l’encourager !
– Aujourd’hui, les Africains des diasporas qui retournent sur le continent se tournent en priorité vers la création d’entreprise, c’est très nouveau. L’enjeu est considérable : l’Afrique est le 2èe continent au monde en termes de dynamique de croissance…
– Welcoming diasporas mène un projet pilote de conseil au Togo, pour encourager le retour à l’emploi chez les personnes issues des diasporas. Ouverture de la plateforme au 4ème trimestre 2017.

Ces femmes ont toutes trois créé leur propre métier grâce au numérique : une vie professionnelle qu’elle n’imaginaient pas à leurs débuts. Il faut exploiter ce formidable potentiel numérique, en l’encadrant et en l’expliquant de façon méthodologique aux jeunes : développer notamment l’accès au community management.
L’influence numérique doit être canalisée pour en faire un levier de développement économique. C’est le sujet majeur de l’Afrique d’aujourd’hui et de demain : e-santé, e-éducation etc… Influence numérique/femmes/diasporas est un cocktail gagnant !

Les portraits des différentes intervenantes
#JNDA2017 : Paroles de femmes de la diaspora